Les livres pauvres

_Livre_Pauvre_haut2

D’Arrabal à Viallat et de Butor à Velter

Sous le qualificatif volontiers provocateur de pauvres, se cachent de petits livres d’artistes manuscrits par un poète faisant écho à l’intervention plastique d’un peintre ami. Initiée en 2001 par Daniel Leuwers, poète, critique littéraire et professeur de lettres modernes à l’université de Tours, cette collection unique est née de sa rencontre avec le poète René Char qui, avec ses « alliés substantiels », les peintres Vieira Da Silva, Picasso ou Braque, réalisait ces livres de dialogue.

Si ces ouvrages de bibliophilie sont aujourd’hui des trésors jalousement conservés par de riches collectionneurs, l’ambition initiale de Daniel Leuwers était d’ouvrir largement le concept de livre pauvre aux poètes et artistes, en limitant le recours aux intermédiaires traditionnels du monde du livre : ni imprimeur, ni graveur, ni lithographe, ni relieur, ni éditeur.

Une simple feuille de papier pliée est envoyée au poète qui, de son écriture manuscrite, dispose le titre, le texte, le colophon, le tout enluminé par l’intervention originale d’un plasticien : peinture, collage, dessin … Et de pauvre, le livre devient riche.
Créés dans un nombre réduit d’exemplaires originaux, quatre à six généralement – deux à quatre pour les artistes, un pour Daniel Leuwers et un pour la demeure de Ronsard –, ces livres sont tous uniques. De formats divers, ils se révèlent faciles à exposer. En effet, et c’est l’autre richesse du livre pauvre, ils sont partagés avec le public le plus large lors d’expositions régulières à la demeure de Ronsard mais aussi en d’autres lieux et pays.

Présentés pour la première fois en 2003 dans le logis où vécut Ronsard, les livres pauvres se sont enrichis de la confrontation, du métissage et des échanges entre des artistes d’horizons divers. Du côté des écrivains, les plus affirmés – Fernando Arrabal, Michel Butor, Yves Bonnefoy, Andrée Chedid, François Cheng, Bernard Noël, Salah Stétié – tendent la main à la génération des Bernard Chambaz, Annie Ernaux, Guy Goffette, Nancy Huston, Henri Meschonnic, André Velter, parmi tant d’autres. Quant aux peintres, ils ont pour noms Pierre Alechinsky, Georges Badin, Béatrice Casadesus, Erró, Philippe Hélénon, Joël Leick, Michel Nedjar, Jean-Luc Parant, Patrice Pouperon, Claude Viallat, André Villers, Yuki…

Exposés à nouveau en 2006, 2008 et 2011, les deux mille volumes que compte cette collection font, depuis mars 2008, l’objet d’un dépôt à la demeure de Ronsard au sein de la nouvelle bibliothèque poétique. Certains de ces ouvrages sont présentés au public selon un choix thématique renouvelé tous les quatre mois.

Visitez les autres monuments du Conseil général d'Indre-et-Loire